Un musée virtuel pour planifier vos prochaines excursions muséales dans la MRC de Bellechasse. Découvrez les expositions en cours.

L'art public et l'architecture dans Bellechasse

En 1961, le gouvernement du Québec adoptait les premières mesures qui ont mené à une Politique d'intégration des arts à l'architecture et à l'environnement des bâtiments et des sites gouvernementaux et publics. Sous la responsabilité du ministère de la Culture et des Communications, cette politique est responsable de la mise en place de 24 œuvres à l'intérieur de la MRC de Bellechasse, entre 1984 et 2012. Dans l'ensemble du Québec, la Politique a permis, depuis ses débuts, l'intégration près de 3 000 œuvres, réparties dans les 17 régions administratives. Ces œuvres offrent à un large public un accès direct aux réalisations de créateurs en arts visuels et en métiers d'art.

La présente exposition vise à faire connaître les différents projets réalisés dans le cadre de ce qu'on appelle couramment « la politique du 1 % ». Cette dernière s'applique au gouvernement, à ses ministères et à ses organismes, de même qu'à toute personne qui obtient, de ces mêmes instances, une subvention pour réaliser un projet de construction ou d'agrandissement dont le coût est de 150 000 $ ou plus. Un budget équivalent à un pourcent du coût des travaux doit obligatoirement être affecté à l'intégration d'une œuvre d'art au nouveau bâtiment.

Pour tout projet de construction ou d'agrandissement assujetti, un comité d'experts indépendants est mis sur pied dans le but de choisir une œuvre. Selon le budget du projet, il y a soit création ou soit acquisition d'une œuvre impliquant un artiste dont le nom est inscrit dans le « Fichier des artistes professionnels actifs dans le domaine des arts visuels et des métiers d'art, qui sont en mesure de réaliser des œuvres d'art actuel à caractère public de grande dimension ».

Le processus d'intégration comprend trois étapes. À la première étape, le comité détermine la nature et l'emplacement de l'œuvre et définit les principaux paramètres dont l'artiste devra tenir compte lors de la conception et de la réalisation de l'œuvre.

Lors de la deuxième étape, le comité examine les dossiers du fichier des artistes dans le but
de retenir les candidats qui seront invités à soumettre une maquette. La sélection des candidats s'effectue en fonction des disciplines artistiques retenues lors de l'établissement du programme.

À la troisième étape, le comité reçoit les artistes sélectionnés qui présentent leur proposition
d'œuvre d'art sous forme de maquette. Le comité choisit celle qui répond le mieux au programme et qui présente les qualités artistiques recherchées.

L'organisme constructeur signe un contrat avec l'artiste qui, au terme de discussions avec l'architecte et l'entrepreneur, convient du meilleur moment pour installer l'œuvre. De son côté, le Ministère fournit une plaque d'identification et procède à l'inventaire à l'aide d'une fiche
descriptive et de documents photographiques.

Les œuvres intégrées à l'architecture comprennent les catégories suivantes : aménagement, dessin, estampe, fibre-papier matière, installation, livre/album, peinture, photographie, sculpture et techniques mixtes.

La présente exposition porte essentiellement sur les neuf œuvres que le public peut admirer à l'extérieur des bâtiments publics situés dans la MRC de Bellechasse; les quinze autres se retrouvent à l'inrérieur des bâtiments. On peut en consulter la liste complète des œuvres réalisées dans ce territoire en téléchargeant le dossier PDF ici.

Malgré un nombre réduit de projets réalisés dans la MRC de Bellechasse par rapport à d'autres régions du Québec, la politique d'intégration des arts à l'architecture aura permis la mise en place de nombreuses œuvres qui n'aurait pas vu le jour autrement. L'application de cette politique a été faite avec un souci constant de rigueur et de transparence, afin de conseiller les organismes constructeurs, les architectes et les représentants des utilisateurs dans la sélection des artistes et dans le choix
des œuvres.

Les Bellechassois et les visiteurs prendront plaisir à observer ces œuvres, à connaître les artistes qui les ont produites et à s'initier ainsi au monde de l'art public.

© Les images miniatures de la présente exposition ne peuvent être copiées sans l'autorisation des artistes concernés. Les visiteurs sont invités à contempler ces sculptures grandeur nature en parcourant Bellechasse.

Habitation Rayons de
soleil à Saint-Damien-
de-Buckland

Jean Cartier 1984

Cet écran sculptural ou muret est composé de quatorze éléments sculpturaux ronds, en béton et tous
semblables. D'un côté, l'élément offre un relief ondulé, alors que l'autre présente différents traits qui sont gravés dans le matériau. Chaque élément mesure 1.93 m de diamètre comporte une structure d'acier interne.


Bibliothèque l'Évasion
à Sainte-Claire

Gatien Moisan 1986

Cette œuvre en façade du bâtiment se présente sous la forme d'une murale mettant en scène trois personnages similaires en métal peint.
Ils disparaissent peu à peu dans un triangle rouge réalisé avec la brique du bâtiment. Cet aménagement est constitué de brique, aluminium, plomb et peinture; certains éléments ont été soudés ou rivetés. Il mesure 2.20 m de hauteur par 2.67 largeur.


École Provencher
à Saint-Anselme

Jacinthe Lagueux 1986

Cette sculpture ayant pour titre « Croissance pyramidale » consiste en une structure verticale aux formes obliques combinant verre et métal peint. L'œuvre mesure 3.05 m de hauteur x 1.82 m de largeur. Sa forme pyramidale représente la croissance essentielle au cheminement de l'étudiant. Les trois cycles du primaire sont ici symbolisés par des éclats de verre de diverses granulométries couvrant les parois internes de l'oeuvre.

Que se soit pour la réalisation d'oeuvres d'art public ou l'élaboration de sculptures prisées des collectionneurs, la sculpteure utilise le verre thermoformé associé à d'autres matériaux tels l'aluminium, le cuivre ou le bronze. La transparence du verre lui permet ainsi de sculpter la lumière. Au cours des années, le verre thermoformé est devenu un matériau de prédilection pour cette artiste d'origine beauceronne. L'artiste est sculpteure de verre thermoformé et vit à Québec.


Centre sectoriel des
plastiques à Saint-
Damien-de-Buckland

Pierre Bourgault 1990

Intitulée « Premier jet », cette sculpture mesurant 2.58 m de hauteur x 2.10 m de largeur x 3.19 m de longueur est faite d'aluminium soudé; elle représente une spirale ou queue de violon qui s'ancre dans le sol. « Lorsque j'ai visité l'usine du plastique, un opérateur a fait une démonstration d'injection libre du plastique à chaud. En laissant couler le matériel, j'ai remarqué que la matiére s'empilait en forme de queue de violon. Il a appelé cette opération Free Shot, et il a a ajouté une anecdote en me disant que dans le village, ce Free Shot illustrait un ratage dans la vie. J'ai trouvé ce fait intéressant et caricatural.... qu'une opération technique du métier devienne signifiante pour un fait social. Voilà, une sculpture oui, mais dont l'origine était ancrée dans la vie des gens. » Pierre Bourgault.


École secondaire de
Saint-Charles-de-
Bellechasse

Mario Gagnon 1991

La sculpture est plcée à droite de l'entrée principale de l'école secondaire Saint-Charles. L'œuvre intitulée « Le mur du son » est constituée de trois pièces d'acier et d'une pierre qui sont assemblées par des tiges métalliques formant une sculpture; à l'arrière de cet élément se trouve un érable rouge. À l'origine, deux bancs et un arbre supplémentaire prenaient part au projet.

L'œuvre est formé des matériaux suivants : bois de cèdre, acier corten, acier inoxydable, pierre et un végétal, soit un érable. La sculpture a été coupée, ciselée et boulonnée sur une base de béton; elle mesure 2.50m de hauteur X 5.95m de longueur X 0.60m de profondeur.


École l'Éveil à
Saint-Nérée-de-
Bellechasse

Sylvie Cloutier 1991

L'oeuvre intitulée « Bec » mesure 1.40 m de hauteur x 2.13 m de longueur x 1.93 m de largeur. Elle a été conçue par Sylvie Cloutier qui en a aussi fait la réalisation en collaboration avec Louis Chaurette.

Cette sculpture installée devant l'école primaire du village a été réalisée en béton coloré. Elle est en partie recouverte d'ardoises, une pierre qu'on retrouvait anciennement dans nos écoles sous forme de tableau noir....

Lors de l'apprentissage de la parole, l'enfant découvre peu à peu les richesses de sa voix; c'est à son insu que le code du langage verbal pénètre en lui. Par la suite, l'apprentissage de l'écriture et de la lecture lui demande une grande capacité d'abstraction. La parole crée des ponts où les mots coulent au rythme de la pensée. Le pont d'ardoise devient un bec verseur. La forme générale de la sculpture évoque l'organe essentiel à la phonation, le larynx.


Parc routier de
Saint-Michel-de-
Bellechasse

Ivan Binet 2003

Cette gravure sur aluminium a pour titre « Fréquenter le paysage ». L'œuvre se compose d'une paroi rectangulaire de métal sur laquelle un transfert photographique a été réalisé dans les teintes de gris. L'estampe présente différentes formes qui rappellent des oies ou des fleurs. Les dimensions de l'œuvre sont de 2.43 m de hauteur et 13.40 m de longueur.


Maison de la culture
de Saint-Henri

José Luis Torres 2011

La sculpture appelée « La collection » est composée de quatre éléments de formes rectangulaires en acier inoxydable assemblés ou découpés pour composer quatre reliefs aux formes abstraites et rectilignes et posés de part et d'autre du mur de la façade. Les éléments de métal ont été découpés, assemblés, soudés puis brossés avant leur installation. Le sculpteur vit à Montmagny.

« La collection » est une œuvre qui nous entraîne dans un vertige d’assemblages et d’associations. Les rapports d’échelle se bousculent, de l’objet à la décoration, de l’architecture au paysage. Des objets qui percent le spectateur par le sens, qui finissent par se transformer en une présence chargée de mémoires.


Parc récréotouristique
de Vincennes à Beaumont

Jean-Pierre Morin 2012

Cette sculpture en acier inoxydable montée sur socle de béton épouse la forme de deux éléments côniques renversés dont la surface présente de
petites découpes linéaires sur son ensemble. Elle a pour nom « Double pavillon » et se situe tout près du bâtiment des baigneurs érigé dans le parc. Le métal a été découpé au laser, soudé, meulé et poli. L'œuvre mesure 3.12 m de hauteur et sa base a un diamètre de 35 cm.

L'artiste est originaire de Saint-Anselme et vit à Québec. Les œuvres de Jean-Pierre Morin sont empreintes de contrastes et d’équilibre. Ses sculptures à échelle humaine faites d’aluminium sont inspirées des lumières et des formes de la nature.