Un musée virtuel pour planifier vos prochaines excursions muséales dans la MRC de Bellechasse. Découvrez les expositions en cours.

L'empreinte patrimoniale des sœurs de Notre-Dame du Perpétuel Secours

Le patrimoine de Bellechasse recèle de nombreux éléments qui concourent à façonner sa spécificité culturelle. Au nombre de ceux-ci figure l'impressionnant héritage bâti par les soeurs de Notre-Dame du Perpétuel Secours à Saint-Damien-de-Buckland.

L’histoire de cette congrégation de femmes est intimement reliée à celle de la municipalité de Saint-Damien-de-Buckland. Cette communauté, formée de religieuses de foi catholique, a été fondée en 1892 par l’abbé Joseph-Onésime Brousseau, premier curé de cette paroisse, et Virginie Fournier, une personne tout aussi dévouée et charismatique. À la fin du 19e siècle, les territoires constitués par les municipalités de l’arrière-pays étaient alors en pleine période de colonisation. Guidées par une foi en Dieu inébranlable, ces deux personnes ont mis toute leur énergie pour favoriser l’agriculture et satisfaire les besoins d’instruction et d’assistance manifestés par les petites gens des paroisses rurales.

À cette époque, le clergé et les communautés religieuses ont assumé seuls le mandat de pourvoir aux besoins de la population en matière de santé, d’éducation et de services sociaux. Jusqu’en 1960, les sœurs de Notre-Dame du Perpétuel Secours ont contribué non seulement à fournir des services dont elles avaient l’exclusivité, mais aussi à maintenir la force sociale dominante de l’Église catholique sur la société québécoise. Pendant cette période, le monde a connu des événements bouleversants : deux guerres mondiales, des crises économiques sans précédent, une amorce d’industrialisation et de développement urbain et enfin, un exode de jeunes gens vers les États-Unis et les nouveaux territoires ouverts à la colonisation. Les religieuses et leurs clientèles ont pu se prémunir des effets collatéraux de ces événements en vivant en complète autarcie pendant presque un siècle.

Puis le temps des grands changements est arrivé avec l’émancipation de la société. La Révolution tranquille des années 1960 a profondément bouleversé le rôle traditionnel des religieuses : prise en charge des établissements par l’État, laïcisation des institutions et changement de leurs modes de fonctionnement. L’avènement du concile Vatican II contribuera également à modifier le visage des instituts religieux de l'époque et leurs rapports avec la société. Les sœurs de Notre-Dame du Perpétuel Secours se sont adaptées et sont demeurées très actives dans la société et très présentes dans Bellechasse en particulier.

Les sœurs de Notre-Dame du Perpétuel Secours ont choisi dès le départ d’œuvrer dans des paroisses rurales, au service des malades, des vieillards, des orphelins, des jeunes filles et finalement, des fidèles. Leurs réalisations les plus visibles sont constituées par les immeubles et les aménagements qui dominent le paysage du cœur de Saint-Damien. Il s’agit là d’un bel héritage architectural qui a su évoluer de façon harmonieuse dans le temps. Habilement conseillées par des entrepreneurs, architectes et employés spécialisés, les sœurs ont érigé au centre du village et sur les collines environnant le lac Vert un imposant parc immobilier. Ces bâtiments ont d’abord servi à accueillir leur clientèle composée de gens les plus vulnérables de la société. Elles y ont ensuite prodigué des cours d’enseignement ménager et d’agriculture, sans oublier la formation des enseignants. Aujourd’hui, la plupart des bâtiments servent aux fins du maintien de la communauté et de ses membres. Les fermes modèles érigées à l’ombre des structures conventuelles ont cessé d’opérer. Cependant, leur Centre historique continue de rappeler à la mémoire des visiteurs les activités passées de la communauté et leur engagement à travers le monde.

À l'instar de la Société historique de Bellechasse qui a admirablement décrit le patrimoine bâti des sœurs de Notre-Dame du Perpétuel Secours dans son livre sur le Patrimoine religieux de Bellechasse, le Musée de Bellechasse souhaite lui aussi mettre en valeur ce patrimoine par la présente exposition virtuelle permanente.

Outre la présentation photographique des principales composantes du patrimoine des religieuses de Saint-Damien, on trouvera ci-contre six capsules vidéos expressément créées pour cette exposition. Il s'agit là d'une approche innovatrice permettant de diffuser une meilleure information sur les composantes du patrimoine culturel de Bellechasse.

Production : Société historique de Bellechasse 2013

Direction, textes et narration : Frédérick Carrier

Réalisation et montage : Geneviève Allard

Tournage : Marco Dubé et Geneviève Allard

Photographies d'archives : BAnQ

Financement : Fonds de développement culturel de la MRC de Bellechasse.

Le premier pas

La Maison souvenir

Ce bâtiment constitue la première résidence de l'abbé Joseph-Onésime Brousseau, co-fondateur de la congrégation Notre-Dame du Perpétuel Secours. En 1892, il avait été nommé curé fondateur de la paroisse de Saint-Damien qui figurait alors au calendrier de la colonisation. La maison rappelle aujourd'hui les conditions de vie de celui qui fut aussi à l'origine de Saint-Damien.


La chapelle du Voeu

Sanctuaire de Sainte-Anne

La chapelle Sainte-Anne a été construite sur les mêmes bases que la première chapelle constuite en 1885 et incendiée en 1905. C'est le curé-fondateur de la paroisse, Joseph-Onésime Brousseau, qui l'a fait édifier en reconnaissance de l'accomplissement d'un miracle par Sainte Anne.


La maison généralice

Le premier hôpital


La maison généralice de l'ensemble conventuel des soeurs Notre-Dame du Perpétuel Secours a été terminée en 1910, érigée sur les mêmes bases que que le premier couvent-hôpital qui avait brûlé en 1905. La construction s'étendit de 1906 à 1910, période au cours de laquelle le bâtiment fut utilisé malgré tout, notamment pour héberger des soeurs missionnaires de passage à St-Damien durant l'été. Le bâtiment a par la suite abrité un orphelinat. Il accueille aujourd'hui les bureaux administratifs de la congrégation.


La Maison-mère

Résidence conventuelle

Le bâtiment original abritant la maison-mère des soeurs Notre-Dame du Perpétuel Secours a été plusieurs fois agrandi, notamment par l'ajout de l'aile de la chapelle en 1934 et celle de l'hôpital en 1984.


La chapelle
Maison-mère

Saint-Damien-de-Buckland

Cette aile de la maison-mère a été construite pour abriter la chapelle conventuelle. C'est à cette endroit que sont inhumés les corps de Joseph-Onésime Brousseau, curé fondateur de la paroisse, et soeur Saint-Bernard (Virginie Fournier), première mère supérieure de la communauté. Le sous-sol est occupé par le réfectoire, alors que l'infirmerie se retrouve à l'étage supérieur.


L'ancien hospice

Aile de la Maison-mère

Le bâtiment a été construit à l'origine pour servir d'hospice pour les personnes âgées. Le bâtiment a d'abord été occupé par les frères de Notre-Dame des Champs pendant la construction des bâtiments de leur domaine du Lac-vert . Cependant, à la suite de l'incendie de 1905 qui a ravagé l'hôpital et la chapelle Sainte-Anne, on y a transféré les malades, les personnes âgées et les jeunes orphelins. Plus tard, l'édifice a servi de noviciat, avant d'être rattaché à la maison-mère et converti en chambres pour les religieuses du couvent.


La maison Saint-
Bernard

Lac Vert

Ce bâtiment qui occupe le centre du domaine du lac Vert constitue la première résidence érigée pour la communauté des Frères de Notre-Dame des Champs. Il a longtemps servi d'hospice pour accueillir les vieillards. Le père fondateur y mourut en 1920. Aujourd'hui, le bâtiment sert de résidence pour un groupe de religieuses de la communauté.