Un musée virtuel pour planifier vos prochaines excursions muséales dans la MRC de Bellechasse. Découvrez les expositions en cours.

Les moulins de Bellechasse

Les premiers signes de l’industrialisation sont apparus au Québec sous la forme de moulins qui se sont implantés en parallèle avec le développement du territoire : moulins à vent, moulin à eau, moulins à vapeur et enfin, moulins mécanisés mus par un moteur à combustion ou à l’électricité. Plusieurs de ces moulins servaient  à transformer en bois de construction les arbres abattus par les colons. Dotés de meules, d’un foulon ou de cardes, ils permettaient aussi aux agriculteurs de transformer leurs récoltes.

La plupart de ces moulins furent  établis sur un ruisseau éclusé ou tout près d’une chute d’eau; la puissance de l’eau permet de faire tourner  une grande roue à aubes qui actionne à son tour des machines au moyen de poulies et de courroies. Certains de ces moulins ont eu une courte durée de vie utile, d’autres ont laissé la place à des moyens plus performants. Il en reste un certain nombre qui ont survécu jusqu’à aujourd’hui.

L’inventaire du patrimoine bâti de Bellechasse a révélé l’existence  de 18 moulins à farine et de 12 scieries. Très peu demeurent opérationnels, alors que d’autres se révèlent de fidèles témoins de façons de faire artisanales; ils font la fierté de leurs propriétaires et des visiteurs. Leur existence demeure toutefois menacée, car ces structures demandent  des ressources considérables pour les entretenir ou les réparer. Il ne serait pas exagéré de consacrer des efforts particuliers pour assurer la conservation des plus beaux moulins de Bellechasse.

La présente exposition montre seulement sept des moulins recencés lors de l'inventaire du patrimoine bâti de Bellechasse. Consultez l'ensemble de cet inventaire en utilisant le module de recherche disponible avec le présent lien; choisir l'usage «Fonction industrielle, transformation des matières végétales et animales» et le bien « Moulins à farine », pour la MRC de Bellechasse ou la municipalité de votre choix.

Le moulin Labrie

Saint-Charles-de-
Bellechasse

Construit en 1938, ce moulin à scie est actionné avec la vapeur produite à l'aide d'une bouilloire alimentée par des résidus de sciage. Il s'agit du dernier moulin du genre encore en opération dans Bellechasse.


Le moulin de
Beaumont

Beaumont

Ce moulin à eau produit toujours de la farine depuis 1821. De plan rectangulaire, à quatre niveaux, il est coiffé d'un toit mansardé à deux versants. Il est implanté au confluent du ruisseau Beaumont et du fleuve Saint-Laurent.


Le moulin de
Vincenne
s

Beaumont

L’ancien moulin à eau fut bâti vers 1733 et entièrement détruit par un incendie en 1949. Un nouveau moulin fut reconstruit en 2006. Il était alimenté par le ruisseau Saint-Claude.


Le moulin du
Petit-Canton

Saint-Vallier


Saint-Vallier a la chance d'abriter le plus ancien moulin seigneurial de la vallée du Saint-Laurent. Il est situé dans une zone appelée Petit Canton et s'alimente avec la décharge du lac aux Canards. À l'origine, la grande roue du moulin faisait tourner deux moulanges et une machine à cardes et à bardeaux. Il a été rénové en 1995, après cinq chantiers majeurs.


Le moulin du
Grand Sault

Saint-Raphaël

Le moulin a été bâti vers 1797. Alimenté par l’eau de la rivière du Sud, on y retrouvait un moulin à scie, un moulin à farine et un moulin à carder. Lors de la restauration du moulin en 1992, on en a fait une centrale hydroélectrique qui a cessé ses opérations en 2011


Le moulin
Labrecque

Saint-Damien-de-Buckland

Le bâtiment aurait été construit au début des années 1860 sur la rivière aux Billots. En 1996, on a reconstruit ses murs de maçonnerie. La grande roue d'eau et le mécanisme pour moudre le grain demeurent intacts à l'arrière du bâtiment. On y fabriquait aussi du bardeau de cèdre.


Le moulin des
Abénakis

Sainte-Claire

Vers 1832, un moulin à scie et un moulin à farine y ont été construits. Aujourd’hui, le moulin Hubert Lacoste produit des farines spécialisées et ses meules tournent à l’électricité. Il abrite aussi une petite centrale hydro-électrique alimentée par la rivière des Abénaquis.